Accueil


Mardi 20 novembre : la librairie fête sa majorité !

Avec la fidèle complicité de nos amis d’Enlivrez-vous, nous sommes heureux de fêter avec vous les 18 ans de la librairie mardi 20 novembre à partir de 19h.

Quizz ! chansons ! auberge espagnole ! tout pour passer ensemble un bel anniversaire…

18-ans-librairie

Mardi 13 novembre à 20h : Pauline Delabroy-Allard

Nous rencontrons  Pauline Delabroy-Allard à l’occasion de la parution de Ça raconte Sarah chez Minuit.

Ça raconte Sarah est le récit d’une passion amoureuse entre deux femmes. L’une arrive à la fin de sa vie, victime d’un cancer du sein. L’autre, tourmentée par l’amour, commence à sombrer dans la folie. Pauline Delabroy-Allard y décrit très précisément cet état qui emporte tout sur son passage. Virtuose premier roman de cette rentrée, déjà fort remarqué et figurant dans la liste du Goncourt.

delabroy-allard

Mardi 16 octobre à 20h : rencontre avec Daniel Besace et Patrick Navaï

Nous recevons Daniel Besace et Patrick Navaï à l’occasion de la parution de Cachalot aux éditions Riveneuve.

Inspiré de Moby Dick, le premier roman de Daniel Besace nous parle d’ un voyage initiatique plein de fantaisie et grave à la fois. Un conte philosophique sur notre société.

Daniel Besace est aussi l’éditeur de Carnets livres, ces très jolis livres à la couverture en tissu coloré.

Patrick Navaï est peintre et écrivain.

cachalot

Mercredi 10 octobre à 19h : rencontre avec Jean Hatzfeld

Nous rencontrons Jean Hatzfeld  à l’occasion de la parution de Deux mètres dix, chez Gallimard.

Histoire de quatre sportifs de très haut niveau, entre les Jeux
olympiques de 1980 et aujourd’hui : deux champions haltérophiles, un
Américain du Missouri et un Kirghize ; deux sauteuses en hauteur
exceptionnelles, une jeune Américaine et une Kirghize. Leurs rivalités
sont mêlées d’admiration et d’incompréhension réciproques, parfois
extrêmes, qui, des années plus tard, donneront lieu à des retrouvailles
inattendues dans les montagnes kirghizes.

Jean Hatzfeld raconte l’univers sportif dans le contexte tendu de
l’époque (guerre froide, déportations dans le bloc soviétique…) qui
cabossera ses héros. Il porte aussi un regard très aigu sur les gestes
des champions jusqu’à rendre poétiques les sauts en hauteur de Sue et
Tatyana. Les haltérophiles sont peints dans la puissance héroïque de
leur musculature et de leurs rituels, telles des créatures fabuleuses.
Quatre destins qui se croisent, quatre portraits inoubliables.

hatzfeld-jean

Mardi 25 septembre : Un livre, un plat

La soirée se déroulera autour de deux romans de Hermann Hesse :

hesseComme à l’accoutumée chacun-e apporte un met salé ou sucré et / ou une boisson.

Très bonne lecture, à bientôt !

Jeudi 28 juin à 19h : rencontre BD !

C’est avec grand plaisir que nous invitons Frank Woodbridge, scénariste audonien, et KolonelChabert, illustrateur,

à l’occasion de la sortie de la bande dessinée parue aux éditions Grand Angle :

Inversion

inversion

Jeudi 14 juin à 19h : les éditions du Chemin de fer à l’honneur

Nous rencontrons Clara Citron et Étienne Dobenesque, l’illustratrice et le traducteur du Garçon perdu de Thomas Wolfe, paru aux éditions du Chemin de fer – soirée en présence des éditeurs.

Thomas Wolfe (1900-1938) est un géant méconnu de la littérature américaine. Disparu prématurément, il a construit en quelques années une œuvre monstrueuse et prolifique qui a influencé nombre d’écrivains de Faulkner à Philip Roth en passant par Carson McCullers ou Jack Kerouac.

Le garçon perdu est un portrait de Grover, le frère aîné de Thomas, disparu quand l’auteur n’avait que quatre ans. Ce frère restera à tout jamais l’enfant idéalisé par sa mère, malgré l’immense succès de Wolfe dans les années 30.

Ce texte polyphonique nous plonge avec nostalgie dans l’Amérique sudiste du début du XXe siècle.

Clara Citron se glisse entre les lignes, et griffe les pages de ses dessins qui combinent astucieusement le regard de l’enfance à une vision sagace du texte.

garcon-perdu

Samedi 9 juin à 19h : rencontre avec les éditions Cheyne

On ne résiste pas à l’envie de venir à la rencontre des éditions Cheyne, qui publient de très beaux recueils de littérature contemporaine avec le double souci de faire connaître de nouveaux écrivains et poètes et d’accompagner l’œuvre de ceux déjà rencontrés. Vitalité et fidélité qu’a révélé, au fil des ans, la création de six collections, toutes témoins de l’exigence de la maison du Chambon sur Lignon (Haute Loire) et de son ouverture aux préoccupations de notre temps.

En présence de l’éditrice Elsa Pallot, voici une lecture – rencontre avec :

  • Olivier Demigné, auteur de Poèmes arrondis – Petite fabrique de poésie au hasard des rues (collection Poèmes pour grandir)
  • Doina Ioanid, auteur roumaine, et son traducteur Jan H. Mysjkin autour de Boucles d’oreilles, ventres et solitude (collection D’une voix l’autre)
  • Ito Naga, auteur de Les Petits Vertiges (collection Grands fonds)

Mardi 5 juin : Un livre, un plat

La soirée se déroulera autour du roman de Louis Aragon :

Aurélien

Aurélien tombe amoureux de Bérénice Morel qui, de sa province, est venue passer quelques jours à Paris. Puis les circonstances de la vie éloignent Aurélien et Bérénice, sans que cesse leur amour, mais aussi sans que leur amour puisse exister vraiment. En 1940, mobilisé, Aurélien rencontre Bérénice, une Bérénice en laquelle la femme nouvelle tente de naître. Mais quelques heures plus tard, elle est tuée par les Allemands, à côté d’Aurélien, en voiture.

Comme à l’accoutumée chacun-e  apporte un met salé ou sucré et / ou une boisson.

Brochure recettes 1 livre 1 plat : Monique Hamon  propose de collecter toutes nos bonnes recettes afin de créer une petite brochure. Alors, si vous en êtes d’accord, venez avec le mode d’emploi de votre plat.

Très bonne lecture !

Vendredi 25 mai à 19h : soirée polar avec Michèle Pedinielli…

…à l’occasion de la parution de son premier polar : Boccanera, publié aux éditions de l’Aube.

Si l’on en croit le reste de l’Hexagone, à Nice il y a le soleil, la mer, des touristes, des vieux et des fachos. Mais pas que. Il y a aussi Ghjulia – Diou – Boccanera, quinqua sans enfant avec colocataire, buveuse de café et insomniaque. Détective privée en Doc Martens. Un homme à la gueule d’ange lui demande d’enquêter sur la mort de son compagnon, avant d’être lui-même assassiné. Décapant !